DOCUMENTARY – 2012

SYNOPSIS

This film invites us to be the privileged witnesses of a meeting which brings together two exceptional personalities: Alexandre Jollien, Swiss philosopher, and Philippe Pozzo di Borgo, French entrepreneur. The first is known thanks to his lectures and works of philosophy. The second is even more, thanks to the tremendous success of the film “Untouchables” from his book “The second breath” and in which the French actor François Cluzet interprets his character. If we add to the popularity of these two men, their authenticity, their tremendous energy and their fierce humor, we immediately understand why they have so much to tell us about us by telling us about them.

 

Casting


PHILIPPE POZZO DI BORGO

ALEXANDRE JOLLIEN

 

Fiche technique

Author – director :
Raphaëlle Aellig Régnier

Picture :
Patrick Mounoud

Sound engineer :
Marianne Roussy

Video montage :
Stéphane Olijnyk

 

AUDIO

Florence Broizat - Telerama 

Dans les allées d’un jardin venté, un homme en fauteuil parcourt un livre. L’auteur de l’ouvrage s’appelle Alexandre Jollien, philosophe suisse de 35 ans dont le Petit Traité de l’abandon fait un carton. Le lecteur est un ancien grand patron, Philippe Pozzo di Borgo, bien connu des spectateurs d’Intouchables : le personnage joué par François Cluzet, c’est lui. Il se prépare à accueillir l’écrivain helvétique dans sa magnifique propriété marocaine. Les deux hommes ne se sont jamais rencontrés et n’ont rien en commun, sinon le handicap. Et encore : Philippe Pozzo di Borgo, tétraplégique, est voué à l’immobilité, Alexandre Jollien, atteint d’athétose, a du mal à contrôler ses mouvements. L’un n’a pas toujours ­vécu handicapé, l’autre a dû se construire avec cette identité.

Le handicap sera pourtant le point de départ d’un passionnant dialogue qui va (em)brasser les thèmes de la joie, de la séduction, de la douceur, du toucher, de la douleur, du regard extérieur… Alexandre Jollien s’installe dans la posture du disciple rempli d’interrogations. Philippe Pozzo di Bozzo fait montre d’une sagesse espiègle, jamais mièvre. Raphaëlle Aellig Régnier, à qui l’on doit entre autres le très délicat Entre les mains, filme cette rencontre avec une grâce infinie, un effacement qui permet de mieux entendre, une douceur quasi contemplative.